Le bien-être au travail, l’élément incontournable des entreprises

Le 22/01/2020 dans "Société"
Image

C’est devenu une préoccupation essentielle pour bon nombre de managers dans les sociétés. S’assurer que les salariés se sentent bien sur leur lieu de travail. La notion de bien-être dans le milieu professionnel est plus que jamais d’actualité. Décryptage d’un phénomène qui prend de plus en plus d’importance.

C’est un fait. Les entreprises sont souvent le théâtre de scènes ou des salariés finissent par se dire victimes de burn out (épuisement physique et émotionnel), bore out (ennui qui finit par devenir pathologique) ou encore brown out (incompréhension quant au rôle professionnel et aux objectifs fixés). Pour endiguer ces terribles spirales, bon nombre de sociétés ont su réagir. 

Et face à la dépression, quoi de mieux que la recherche du bonheur ?

S’assurer du bien-être au travail est presque devenu un fait incontournable des entreprises, ces dernières années. Pour s’en rendre compte, il suffit encore de regarder les différentes manifestations qui se déroulent pour encourager le bonheur dans la sphère professionnelle.

Quand le bonheur devient un métier

Parce qu’un salarié heureux est un salarié qui travaille mieux, chercher le bonheur devient une préoccupation essentielle, tant du côté des employés que de celui des employeurs. Ainsi, l’espace de travail tend à être moins « rigide » et à davantage laisser place à une certaine convivialité. On ne compte plus, par exemple, les entreprises qui se sont décidées à installer des babyfoots ou des flippers dans les open spaces. Outre ces infrastructures ludiques, un métier s’est particulièrement développé ces dernières années. Celui de Chief Happiness Officer, que l’on peut littéralement traduire par « Chef du bonheur ». 

Sa mission ? Comme une bonne fée, veiller à ce que les employés soient sereins afin d’être plus productifs dans leurs tâches professionnelles.

S’assurer du bien-être au travail est donc une préoccupation de plus en plus importante au fil des ans. Car la souffrance, elle, est toujours là. D’après une étude publiée en février dernier par BVA-BPI Group (« Baromètre des salariés. La santé et le bien-être au travail »), on constate que la notion de bonheur n’est pas encore forcément assimilée. Selon l’enquête, en France, 38% des salariés souffrent de stress, la moitié ressent une fatigue liée à la surcharge de travail et jusqu’à 63% se disent potentiellement concernés par le risque d’épuisement professionnel. Le bonheur absolu est donc encore loin mais ne semble pas pour autant inatteignable ! 


Antoine Le Fur

Dans la même catégorie

06/09/2017
Facebook met en place un nouveau terrain de jeu
Que nous resserve la nouvelle mis-à-jour de Facebook et quel sera son impact ? Un nouveau terrain de jeu, basé sur les mêmes règles de référencement que Google, redistribue les cartes !
Lire la suite
30/11/2017
Vive le Team Building
Le fameux anglicisme, en français « construction d’équipe », est devenu un incontournable des entreprises, ces dernières années. Un mode de fonctionnement que Silicom utilise et qui a donné de bons résultats. Autant de raisons d’adopter cette pratique qui nous vient tout droit des Etats-Unis
Lire la suite
14/12/2017
Travailleurs handicapés : réalité ou fiction ?
Trente ans après la loi de Philippe Séguin sur le handicap dans les entreprises, le bilan se révèle mitigé. Si certaines entreprises respectent le quota minimum de 6% de travailleurs handicapés, d’autres en revanche essaient de se soustraire à la mesure. Qu’en est-il de Silicom ? Réponse de Philippe Reuilly, en charge des IRP (Instances Représentatives du Personnel).
Lire la suite