Le Job dating ou le renouveau du recrutement ?

"societe"
Image

Oubliez le sacro-saint entretien d’embauche avec lettre de motivation et déroulé du CV ! Depuis quelques années, de plus en plus d’entreprises ont recours au job dating pour recruter leurs futurs collaborateurs. Le principe est simple : un employeur rencontre toute une série de candidats, lors d’entretiens ne dépassant pas les dix minutes. Un moyen pour les postulants de synthétiser au maximum leur intervention et aux dirigeants de dénicher, peut-être, leurs nouveaux collègues. Coup de projecteur sur un phénomène qui séduit de plus en plus les sociétés.

On connaissait le speed dating, ce type de rencontres amoureuses où des célibataires échangent entre eux, le temps de quelques minutes. Depuis quelques années, ces discussions chronométrées ne s’appliquent plus uniquement aux futurs couples mais également entre employeurs et demandeurs d’emplois. C’est le principe du job dating, à savoir un bref entretien d’embauche, durant entre sept et dix minutes. Le recruteur rencontre plusieurs candidats, les uns à la suite des autres.

Le but de cet échange ne va pas tant être de décrocher une embauche à l’issue de la discussion mais davantage d’aboutir un second rendez-vous, si bien sûr le postulant a réussi à convaincre son interlocuteur.

Si le job dating tend à se développer dans plusieurs secteurs professionnels, on le retrouve surtout dans des domaines bien précis tels que ceux du BTP, de la restauration, de la relation clientèle ou encore des services à la personne.

Quel que soit la branche dans laquelle on postule, assurer à un job dating suppose de respecter quelques consignes. Ainsi, pour mettre toutes les chances de son côté, le postulant doit bien écouter son interlocuteur, de manière à pouvoir donner des réponses claires, synthétiques puisque le temps est limité. Il est préférable que le discours ait fait l’objet d’une réflexion au préalable, afin de ne pas s’éparpiller. En outre, il est déconseillé de procéder à un déroulé de son propre CV puisque le recruteur l’aura sous les yeux. Et bien sûr, un bon candidat est un candidat agréable et souriant. Puisque l’échange est chronométré, autant laisser une bonne impression à celui qui sera peut-être son futur patron !

 

Job dating mais aussi job run et job truck

 

De la même manière qu’il existe tout un tas de secteurs ayant recours au job dating comme technique de recrutement, on remarque également que cette pratique peut être ouverte à n’importe quel demandeur d’emploi, peu importe le niveau d’études.

Ainsi, parmi les différents postulants, il est possible de trouver aussi bien des candidats fraîchement diplômés qu’ayant déjà une expérience dans leur domaine, des personnes autodidactes que d’autres ayant fait plusieurs années d’études post-bac. En outre, le job dating s’applique également aux stagiaires et à ceux voulant effectuer un VIE ou Volontariat International en Entreprise. Quel que soit votre profil, n’ayez donc pas peur de vous lancer dans l’aventure du job dating.

 

Bien sûr, ce processus de recrutement est ouvert à tout le monde, y compris aux travailleurs handicapés. Le principe reste le même sauf que les postulants retenus pour leur futur poste doivent, avant de commencer, effectuer un mois de POE ou Profession Opérationnelle à l’Emploi.

Quant aux recruteurs, ils doivent se soumettre à une réunion de sensibilisation, afin de démystifier le sujet du handicap en entreprise. Et si les demandeurs d’emplois peuvent être réticents à l’idée de participer à un exercice tel que celui du job dating, ils peuvent également prendre part à d’autres techniques de recrutement quelque peu originales. C’est notamment le cas du job run, qui consiste à mettre en relation employeurs et postulants le temps d’un footing de quelques kilomètres où encore du job truck, où les candidats rencontrent les recruteurs l’espace de quelques minutes à l’intérieur d’un camion. Un procédé utilisé, entre autres, par BNP Paribas en 2014.

Alors, que vous préfériez courir ou non, pourquoi ne pas tentez l’expérience des entretiens minutés ? Brefs, synthétiques, ils ont le vent en poupe et n’en sont qu’à leurs débuts !

 

 

Antoine Le Fur